jeudi 29 novembre 2012

Un brin de poésie


Le Béton ainsi découpé nous révèle un secret caché sous le ciment du pont gris :

Tant de diversité de formes et de couleurs solidement unis par un ciment fin de la même nature ;
chaque galet avoisine un autre dans une rencontre aussi certaine qu'infiniment improbable.

Le béton gris, si ordinaire, prend alors un visage extraordinaire comme un dévoilement poétique
qui transforme le regard et auréole le gris de lumière, rend chatoyante sa couleur
et réjouis ce que le sort commun transformait en solitude...

Comme la terre travaillée, semée, arrosée, fleurit et fructifie, le puits foré fera d'heureux burkinabés :

Un pont pour un puits, un puits pour une école et une école pour la vie...



Ecole de Kiendsom au Burkina Faso



Sa situation géographique dans le pays
Le village de Kiendsom est situé à 8 km de Boulsa dans la province du Namentenga dans le nord du pays à 200 km de la capitale Ougadougou.

Sa création
L'école a ouvert ses portes en octobre 2001 pour accueillir ses premiers élèves


Nombre de classes et d'élèves
230 élèves 123 garçons et 107 filles
Pour la rentrée 2011-2012


Nombre de maîtres
L'école est encadrée par quatre maîtres dont une femme.

Comment fonctionne la cantine?
Le Burkina Faso est caractérisé par l'insuffisance alimentaire. Pour lutter contre la faim à l'école, l'AMI a ouvert une cantine scolaire gratuite pour tous les enfants inscrits à l'école.

Pourcentage d'enfants qui vont à l'école au Burkina
Le taux de scolarisation au Burkina est le plus bas dans la sous-région: il est de 37%. Ce qui veut dire que seulement 1 enfant sur 3 peut aller à l'école.

Les causes de la déscolarisation
La pauvreté extrême du pays en est la cause principale.

Les parents et enfants sont ils motivés pour aller à l'école?



L'école est une grande motivation dans la vie du village. Les parents témoignent du changement qualitatif opéré dans le comportement des enfants qui vont à l'école. Grâce à la présence de l'école, l'AMI anime des séances d'éveil de la conscience des paysans renforçant ainsi le pouvoir de la société civile.

samedi 3 novembre 2012



UN PONT POUR UN PUITS

Le pont Battant (1953-2012) est certainement le plus célèbre des ponts de Besançon, celui autour duquel la ville s'est construite.

Prolongeant la Grande Rue il relie la boucle
à la périphérie, c'est l'artère principale des piétons.

Conçu pour durer un demi-siècle, avec une technologie novatrice à l'époque (béton précontraint) il a fait son temps. Il sera remplacé par un autre plus durable...
Seulement ce pont recèle une partie de notre histoire. Que nous soyons bisontins résidants ou de passage, il fait partie de notre culture et avec sa déconstruction, c'est un peu de nous qui s'en va.
Combien de photographies avant et pendant ses mois de retour en carrière ?







Quelques morceaux à valoriser ont donc été récupérés, il s'agissait de carottes de forage qui ont été découpées en tranches.
Ces tranches de béton du pont Battant ont servi de base à ces objets-souvenirs beaux, utiles au quotidien et peu encombrants : dessous de plat ou de vase, tapis de souris : Le pont prend une nouvelle vie.

Dessous de plat ou tapis de souris, dessous de bouteille ou de vase, dessous de verre en béton
de 19 , 14 ou 8 cm de diamètre et 8 à 10 mm d'épaisseur collé sur semelle de liège.
Le vernis minéral et l'huile végétale patinée à la main mettent en valeur les coloris de chaque pierre.
Chacun de ces objet est donc une pièce unique produit et témoin de notre histoire.






Le pont Battant est un bien public d'où l'idée d'en faire profiter le plus grand nombre : les bénéfices de la vente des objets-souvenir seront reversés à une association qui finance le forage de puits au profit des populations les plus démunies.
Repas à l'ombre d'un grand arbre servi par la cantine.

Après avoir consulté les gérants de l'A.M.I. France il est apparu que l'école Keindsom au Burkina Faso a besoin d'un puits pour le potager qui alimente la cantine.
Travail en groupes (40 élèves ou plus par classe !), beaucoup bénéficient
d'un parrainage par des membres de l'A.M.I.


Depuis le mois de septembre 2012 il est possible de souscrire à ce projet de valorisation partagée et écologique de ces restes du pont dont l'histoire remonte bien avant l'apparition de l'homme.

Les galets siliceux que vous voyez sont nés dans les Vosges pour la plupart et proviennent de la vallée de l'Ognon.
Créés et remaniés au cours des temps géologiques par les orogenèses, l'érosion, les glaciations et les crues successives, ils ont été exploités pour couler un béton d'excellente qualité.


N.B. : Écrivez-nous si vous souhaitez devenir membre actif de l'association « unpontpourunpuits » parue au J.O.A.F.E. Le 13 octobre 2012. Site Internet : unpontpourunpuits.blogspot.fr