jeudi 26 septembre 2013

BILAN ANNUEL DE L' ASSOCIATION

Environ 1200 objets ont été produits, presque tout a été vendu. Il ne reste qu'une quinzaine de petites horloges à vendre chez l'Horloger de Battant.

Bilan financier :

Nous avons vendu pour 22000 euros d'objets environ, 9000 euros de dépenses et 13000 euros de bénéfice.

Un virement de 10000 euros a été fait sur le compte de l'A.M.I. FRANCE qui sert de relais entre notre association et les bénéficiaires (école de Kiendsom à 8 km de Boulsa au Burkina Faso). 

Il faudra 7000 euros de plus pour la première tranche de travaux : Etude, Forage, Pompe, Panneaux solaires, périmètre de sécurité.

D'après la gestionnaire de l'A.M.I. FRANCE nous serons probablement maîtres d'oeuvre, l'A.M.I. sera maître d'ouvrage et les bénéficiaires l'école et ses 230 élèves. Cela garantit l'utilisation des fonds exclusivement pour le projet.


Plus de détails prochainement sur unpontpourunpuits.blogspot.fr.


Pour celles et ceux qui ont pris le train en route, voici un résumé de l'historique de l'association "UN PONT POUR UN PUITS" :

Juin / Juillet 2012 :

Récupération des premières carottes de forage du Pont Battant.
L'idée se forge sous plusieurs influences : Mes parents, mes études, L'A.M.I. connu grâce l'église de notre mariage, le lycée P.A Pâris, un collègue de travail, d'autres rencontres se sont ajoutées notamment celles édifiantes commerçants autour du Pont Battant.

Contact des marbriers de la région. Monsieur Vitali fait un essai concluant : Les trois premières tranches sont découpées et le résultat est encourageant : la tranche de 190 X 8 mm poncée, huilée et montée sur liège a un bon rendu.

Consultation de quelques commerçants des environs du Pont pour avis, conseils et possibilité de dépôt-vente. Ces consultations ont été de première importance pour le développement futur du projet. Les quatre commerçants ont joué le jeux !

Demande d'autorisation au Grand Besançon.

Contact puis rencontre avec les trésoriers de l'A.M.I. qui se chargeront

Août 2012 : 

Récupération en deux temps d'une trentaine de carottes de béton de qualité inégale (150 à 200 kg de matière.) grâce au chef d'équipe de chez Bouygues, l'entreprise responsable de la déconstruction.

Le 23 août 2012 : Dépôt des statuts à la Préfecture puis publication au Journal Officiel.

Septembre 2012 :

Première série de 70 objets : Le béton en galets de rivière siliceux exerce une forte contrainte sur le disque diamanté prévu pour la pierre calcaire. La production sera plus difficile que prévu.

Novembre 2012 :

Contact avec Stéphanie Bourgeot de FR3 puis Eric Daviatte de l'Est Républicain via une affiche gentiment affichée chez Doubs Direct.

Parution dans l'Est Républicain le vendredi 30 novembre (grosse frayeur !) puis sur FR3 samedi 1er décembre, dimanche 2 et le jeudi une ou deux semaines plus tard.

Monsieur Vitali accepte de relever le défit avec ténacité et loyauté : Trois disques à 1000 euros seront essayés.

En décembre 2012 :

C'est la course contre la montre Objectif  200 objets prévus en fait 300 objets produits et vendus !
Fulvio nous aide à corriger la casse à la découpe.

En janvier 2013 : 

Production de 400 objets supplémentaires à partir d'un bloc de béton de 300 kg (2 blocs de 500 kg se sont révélés inutilisables parce que trop armés).

L'association recrute des volontaires pour gérer les commandes et les expéditions aux quatre coins de la France : Fulvio nous aide à corriger la casse à la découpe, Brigitte nous apporte une aide précieuse pour la gestion des commandes. Florin et Lamiita poncent la moitié des objets,

Récupération de béton frais du nouveau pont et inclusions de morceaux de l'ancien pont dans le nouveau l'ancien dans le nouveau.

En mars 2012 : 

Production de 500 objets en un temps record et sciage de quelques morceaux pour faire de petites horloges.

Noël et Frédéric nous rejoignent au bureau pour l'administration de l'association, gestion des commande par Brigitte et Lamiita et florin au ponçage.

Création de l'adresse unpontpourunpuits.blogspot.fr

(à suivre)